Search

Le développement du langage chez les jeunes enfants bilingues


L’une des premières questions que peuvent se poser les parents d’un enfant évoluant dans un environnement bilingue concerne le développement de son langage : quel sera l’impact du bilinguisme sur la maîtrise des deux langues ? Faut-il s’attendre à un retard dans l’acquisition de ces langues ? Vaut-il mieux renforcer l’une des deux langues et introduire la seconde plus tard dans la vie de l’enfant ?

Cernés pas les conseils parfois contradictoires de leur entourage, les parents peuvent éprouver des difficultés à savoir comment aider au mieux leur enfant à évoluer. Cet article a pour but de leur donner quelques éléments objectifs sur le développement du langage chez un enfant bilingue, afin de leur permettre de faire leurs propres choix en toute connaissance de cause.



Pour commencer, de quel bilinguisme parle-t-on ?


Lorsque l’enfant apprend deux langues spontanément durant sa petite enfance (avant 3 ans), il développe ce que les chercheurs appellent un « bilinguisme précoce ».

A contrario, une nouvelle langue acquise après l’âge de 6-7 ans aboutira à un « bilinguisme tardif ».


Deux types de bilinguisme précoce peuvent être distingués :


· un enfant issu d’une famille bilingue est baigné depuis sa naissance dans deux langues différentes, et ce, dans une même proportion. Son « bilinguisme précoce » est alors qualifié de « simultané ».


· un enfant issu d’une famille monolingue peut être introduit dans un environnement linguistique différent lorsqu’il est, par exemple, gardé par une nourrice étrangère ou qu’il rentre à l’école du pays d’accueil de sa famille. L’apprentissage d’une nouvelle langue dès son plus jeune âge va lui permettre d’accéder à un « bilinguisme précoce consécutif ».


Nous allons plus particulièrement nous intéresser aujourd’hui au développement du langage chez un enfant évoluant dans un milieu bilingue dès sa naissance.




L’acquisition du langage dans le cas d’un bilinguisme précoce simultané


Les chercheurs ont pu mettre en évidence l’existence de points communs dans l’acquisition du langage, que l’enfant évolue dans un milieu monolingue ou bilingue.


Au niveau de ce que l’enfant perçoit :


· A la naissance : tout enfant naît avec une capacité innée à distinguer les caractéristiques rythmiques ainsi que les contrastes phonétiques des langues qu’il entend dans son entourage.


· Vers 6 mois : il se produit une réorganisation des capacités perceptives de l’enfant qui devient moins sensible aux contrastes des langues étrangères pour se concentrer sur les sons appartenant à sa langue maternelle.


· Vers 9-10 mois : l’enfant commence à porter attention aux mots de sa langue et montre des signes de compréhension à des mots familiers.


Au niveau de ce que l’enfant produit :


· Entre 6 et 9 mois : l’enfant babille et ses productions vocales précoces sont universelles (« bababa », « mamama »…).


· Vers 10 mois : les productions vocales de l’enfant prennent les caractéristiques prosodiques de sa langue maternelle (accent, intonation, rythme, débit propres à la langue).


· Vers 10-12 mois : l’enfant produit ses premiers mots.


· Vers 18-20 mois : La quantité de vocabulaire utilisé par l’enfant explose. Les premiers mots dépendent du contexte dans lequel cet enfant évolue (ex : noms d’animaux spécifiques au pays dans lequel il vit).


Il faut toutefois distinguer des spécificités propres à l’évolution du langage de l’enfant bilingue simultané.


Ce n’est qu’à partir de 2 ans environ que l’enfant semble prendre conscience des caractéristiques particulières des deux langues dans lesquelles il est baigné. Jusque-là, il ne parait pas réellement les distinguer l’une de l’autre.


Chez un enfant bilingue, l’âge d’apparition des premiers mots n’est pas décalé par rapport à un enfant monolingue (vers 10-12 mois). Son lexique atteint environ 50 mots aux alentours de 20-24 mois.


Un certain nombre d’études (Clark, 1987 ; Pearson, Fernandez et Oller, 1995) tend toutefois à démontrer que le vocabulaire d’un enfant bilingue se distribue dans les deux langues, qu’il possède deux mots (correspondants à chaque langue) pour un même objet (ex : le cheval pouvant être désigné sous le nom « cheval » ou « horse » pour un enfant bilingue français-anglais) ou qu’il ne fasse référence à un objet qu’avec un seul mot appartenant à une seule des deux langues (ex : la voiture est désignée seulement par « car » en anglais , le camion seulement par « camion » en français). Quel que soit son mode d’acquisition du vocabulaire, le lexique d’un enfant bilingue est comparable en taille à celui d’un enfant monolingue. Pour évaluer sa quantité de vocabulaire, il faut donc prendre en compte les mots acquis dans les deux langues.


Selon une étude réalisée en 1978 par Volterra et Taeschner, les enfants bilingues passeraient par trois stades au cours de leur développement :


Stade 1 : l’enfant possède un système commun contenant les mots des deux langues,


Stade 2 : l’enfant commence à différencier le vocabulaire et les sons de chacune des deux langues,


Stade 3 : l’enfant distingue clairement le vocabulaire, les sons ainsi que la façon de construire des phrases dans les deux langues.


Cependant, des études ultérieures (Deuchar et Clark,1982 ; Zlatic, MacNeilage, Matyear et Davis, 1997 ; Schnitzer et Krasinski, 1994, 1996) mettent en évidence tantôt l’existence de deux systèmes langagiers distincts, un pour chaque langue pratiquée, tantôt un système commun aux deux langues, comme dans cette première étude.


L’étude du développement du langage chez les enfants monolingues montre que ceux-ci s’approprient le langage de manière différente. Quand certains entreprennent très tôt de dire des mots, sans toujours bien les prononcer, d’autres commencent à parler plus tard mais prononcent tout de suite correctement les mots et font très rapidement des phrases.

Il en va de même pour les enfants bilingues. Chacun d’eux acquiert ses deux langues de manière différente suivant son tempérament, son mode d’apprentissage (observation, essai-erreur…), son expérience des langues parlées dans son environnement, les interactions avec son entourage, la reconnaissance des langues pratiquées et de la culture qui y est associée…

Il est par ailleurs tout à fait naturel que, suivant les périodes, l’enfant bilingue mélange les sons, les mots, les structures de phrases entre les deux langues. Cela fait partie du développement de son langage.


Le type de mots apparaissant en premier dans le langage d’un enfant bilingue dépend de la structure des langues avec lesquelles il est en contact. Il se peut par exemple que l’enfant utilise en premier des noms dans une langue tandis qu’il s’appropriera d’abord les verbes dans une autre. Il ne construira donc pas en même temps les mêmes catégories lexicales dans ses deux langues.


Par ailleurs, les deux langues ne se développent pas au même rythme. C’est ce que les spécialistes appellent un « effet balancier ». Durant certaines périodes, il se peut que l’enfant évolue plus rapidement dans une langue que dans une autre (enrichissement du vocabulaire, structure des phrases, prononciation…). Si le bain linguistique de l’enfant est suffisant dans les deux langues, cette différence va se compenser d’elle-même vers l’âge de 4-5 ans.



Anne-Laure HITTINGER

al.hittinger@gmail.com




Sources :


Bijeljac-Babic Ranka, « Chapitre 6. Acquisition de la phonologie et bilinguisme précoce », L'acquisition du langage. Vol. I, Paris, Presses Universitaires de France, « Psychologie et sciences de la pensée », 2000, p. 169-192.


Couëtoux-Jungman, F., Wendland J., Aidane E., Rabain D., Plaza M., Lécuyer R., « Bilinguisme, plurilinguisme et petite enfance. Intérêt de la prise en compte du contexte linguistique de l'enfant dans l'évaluation et le soin des difficultés de développement précoce », Devenir, 4/2010 (Vol. 22), p. 293-307.


Laloi, A., Baker, A., de Jong, J, Le Normand, M.-T. (2012). « Capacités langagières des enfants bilingues présentant un trouble spécifique du langage oral ». Bilinguisme et biculture : Nouveaux défis ? : 231-252.


Lefebvre, F. (2008). « Guide d’information pour la prise en charge orthophonique de patients bilingues ». Mémoire présenté en vue de l’obtention du Certificat de Capacité d’Orthophoniste. Nantes.


Sanson, C.. « Troubles du langage, particularités liées aux situations de bilinguisme », Enfances & Psy, 3/2010 (n° 48), p. 45-55.

22 views0 comments
  • Facebook Social Icon

© 2017 by Anne Laure Hittinger.